Une photo bâclée de Steve McCurry crée un scandale

Steve McCurry est probablement l'un des noms les plus emblématiques du panthéon du « National Geographic ». Un géant de la photographie de voyage, ses images vibrantes ont inspiré des millions mais il a récemment été sous le feu des projecteurs à propos de l'utilisation de Photoshop lorsqu'une retouche bâclée d'un cliché exposé en Italie a fait surface sur internet.

 

L'impression en question a été repérée par le photographe Paolo Viglione, qui est allé à une expo en Italie et posté ce qu'il a vu sur son blog. Son intention n’était de ne pas de lancer une chasse aux sorcières à grande échelle, mais c’est ce qui est arrivé quand il a posté la photo ci-dessous montrant un gros plan de la photographie de rue de Cuba :

 

 

 

Viglione "n'a pas eu l'intention d'attaquer Steve McCurry,", il voulait simplement montrer quelque chose d'étrange, même un peu drôle qu'il avait remarqué. Il a même enlevé le post après l’ampleur qu’il a pris, mais le mal était fait.

 

Alors que la photo originale a été rapidement retirée du site Web de M. McCurry, à travers le Web des personnes ont rapidement cherché si d’autres images de McCurry avaient été sérieusement altérées. Elles ne sont pas restées sur leur faim.

 

Les deux versions d'une image ci-dessous ont été trouvées sur le site Web de M. McCurry lui-même , et l’indicateur anonyme nous a dit que la photo a été supprimé du site Magnum. Notez le joueur manquant dans la seconde image :

 

 

Et un utilisateur de Facebook a trouvé deux autres images qui montrent a priori le même travail.

Deux personnes, deux chariots, et un poteau semblent avoir été retirés :

 

 

 

 

Après avoir reçu tous ces liens et parcouru les différents articles italiens qui ont foisonné sur le net, nous avons décidé que la seule façon de connaitre toute l’histoire était de joindre M. McCurry lui-même.

 

Après quelques échanges polis avec son équipe (M. McCurry est actuellement en voyage), nous avons reçu le message suivant de McCurry lui-même. Le voici intégralement ci dessous :

 

Ma carrière a commencé il y a près de quarante ans, quand je suis parti parcourir l'Asie du sud pour voyager et photographier. Je suis allé en Afghanistan avec un groupe de moudjahidins en 1979, et suis devenu un photojournaliste quand les magazines d'information et des journaux ont utilisé mes photos, les ont publiées dans le monde entier et m’ont demandé de fournir plus d'images de la guerre.

 

Plus tard, j’ai couvert d'autres guerres et les conflits civils au Moyen-Orient et ailleurs et produit des essais photographiques pour des magazines mais comme d'autres artistes, ma carrière est passée par plusieurs étapes.

 

Aujourd'hui, je définirais mon travail comme une narration visuelle parce que les photos ont été prises dans de nombreux endroits, pour de nombreuses raisons et dans de nombreuses situations. Une grande partie de mon travail récent a été fait pour mon propre plaisir dans des endroits que je voulais visiter pour satisfaire ma curiosité à propos des gens et des cultures. Par exemple, les clichés de Cuba ont été pris lors de quatre voyages personnels.

 

Ma photographie est mon art et c'est gratifiant quand les gens aiment et y accordent de la valeur. J'ai eu la chance de pouvoir partager mon travail avec des gens du monde entier.

 

J'essaie d'être aussi impliqué que possible dans la vérification et la supervision de l'impression de mon travail, mais souvent les tirages sont imprimés et expédiés lorsque je suis en déplacement. C’est ce qui est arrivé dans ce cas. Il va sans dire que ce qui est arrivé avec cette image était une erreur et que je dois en prendre la responsabilité.

 

J'ai pris des mesures pour modifier les procédures au sein de mon studio et empêcher que quelque chose comme cela ne se produise à nouveau.

 

La déclaration concorde avec ce qu’il explique au sujet de l'incident dans deux interviews italiennes. Il dit que la question de l'image de Cuba était «un changement que je n’aurais jamais autorisé» et «le technicien de laboratoire qui a fait l'erreur ne travaille plus avec moi."

 

Nous n’avons en revanche pas eu de retour au sujet des autres photos ci-dessus. M. McCurry mentionne dans la même interview que l'utilisation de réglages de contraste et de tons pour modifier une partie dérangeante d’une photo est assez normal mais qu'il ne faut pas changer des éléments de place.

 

Il se laisse cependant beaucoup plus de marge de manœuvre sur ses projets personnels comme les images de Cuba (par opposition à une partie du travail photojournalistique pour lequel il est reconnu), mais il semble que les principaux changements indiqués ci-dessus seraient des choses qu'il «n'a jamais autorisé."

 

Nous avons relancé l'équipe de M. McCurry et sommes toujours en attente d'un retour sur les deuxième et troisième ensembles d'images ci-dessus. Nous mettrons à jour ce post dès que nous aurons une réponse officielle.

 

- Traduction : Aude

 

 

 

Please reload

Articles à la une

The Golden Gays

1/3
Please reload

Articles récents
Please reload

Suivez moi
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square